Pour le partage des responsabilités

oc-presidentIl est malsain pour une démocratie que le pouvoir soit détenu par un seul parti. Une majorité absolue impose, à défaut de convaincre. Or, la répartition bénéfique des responsabilités, le Conseil général l’a connue ces 4 dernières années sous la direction d’un représentant d’un parti minoritaire, ainsi qu’avec la présidence de la Commission de gestion confiée à Pascal Coudray de l’Alternative Vétrozaine.

Le Président d’une commune est le garant de son bon fonctionnement. Des aspects comme la transparence, l’exemplarité et la vision à long terme ne sont pas des notions de gauche ou de droite, mais des signes de volonté et de personnalité.

En 4 ans, j’ai fait aboutir de nombreux projets. A la tête de la commune, je concrétiserai les engagements du Conseil communal. Par exemple, je ne permettrai pas que les investissements prévus dans les infrastructures d’évacuation des eaux ne soient réalisés qu’à moitié, comme cela a été le cas malheureusement depuis bientôt 10 ans. Attendre les inondations à répétition pour agir est une attitude irresponsable.

Pour la période administrative à venir, le PDC dispose déjà de la majorité absolue au Conseil communal et revendique en plus la présidence et la vice-présidence. Il est donc important qu’un parti minoritaire accède aux postes de président ou de vice-président, afin de garantir le contrepoids politique nécessaire.

Osez le changement

Olivier Cottagnoud, candidat à la présidence de Vétroz

Olivier Cottagnoud

Olivier CottagnoudMieux vivre à Vétroz, intéressés…

Mon projet pour Vétroz

Olivier Cottagnoud
55 ans
marié, 3 enfants
Responsable d’office de Poste

Courage politique

Celui qui a le courage de prendre des décisions risque de déplaire, de devenir impopulaire. Impopulaire, je l’ai donc été à plusieurs reprises :

  • auprès des promoteurs en empêchant une construction inadéquate en zone village.
  • d’avoir “osé” certaines questions à propos de l’achat d’un établissement public par la Bourgeoisie.
  • d’avoir rappelé l’interdiction de l’utilisation du désherbant Roundup près des routes et cours d’eau.
  • d’avoir interdit l’usage de matériaux nuisibles à notre environnement, par exemple des confettis en aluminium non dégradable en bordure d’un canal.

Mon programme politique

Continuer la lecture de « Olivier Cottagnoud »

Rejet par le Conseil général d’une motion pour l’énergie solaire, ou les méfaits de la politique partisane

La majorité (PDC et PLR) du Conseil général a refusé lors de sa séance du 25 juin 2012 une motion présentée par Olivier Cottagnoud pour l’énergie solaire intitulée : « La Cité de l’énergie montre l’exemple ».

Cette motion demandait que dorénavant tous les nouveaux bâtiments publics de la commune de Vétroz soient équipés en panneaux solaires. A l’heure où la Suisse a décidé, avec responsabilité, de sortir du nucléaire, les collectivités publiques doivent montrer l’exemple. D’ailleurs, il ne se passe pas une semaine sans que l’on voie des projets d’envergures photovoltaïques privés ou publics.

Et Vétroz ? Des privés et des entreprises s’engagent également dans cette voie.  Vétroz accueil depuis peu la plus grande surface de panneaux photovoltaïque du Valais sur le toit de Bio-Fruits. Mais aucun des projets de constructions communales (nouvelle salle de gym des Plantys, les 2 bâtiments pour la petite enfance au centre du village et l’agrandissement du Foyer Haut-de-Cry) ne prévoit de tels panneaux.

Tout le monde s’accordait à dire que cette motion était positive. Il nous a été avoué qu’en année électorale, l’acceptation de cette motion  aurait trop favorisé son auteur.

Pourtant Olivier Cottagnoud n’en n’avait pas voulu une motion partisane puisqu’il l’avait fait cosigner par 2 élus PDC et 2 élus PLR. Malheureusement le soir du vote du Conseil général, les 2 cosignataires PDC étaient absents et un des cosignataires PLR s’est abstenu….

 Ah ! « PARTI » quand tu nous tiens !

Convaincre

Lors de notre arrivée au Conseil général, mettant fin à une majorité absolue, j’avais déclaré que dorénavant le parti majoritaire, quel qu’il soit, devrait convaincre et ne plus se contenter d’imposer. Il a fallu 3 ans de mise en place pour que le jeu démocratique prenne tout son sens, mais avec le refus du budget 2012, cette nécessité de convaincre est devenue une réalité. Continuer la lecture de « Convaincre »

Réponse au Nouvelliste du 21 décembre

En réponse à l’article du Nouvelliste du 21 décembre 2012 sur la dernière séance plénière du Conseil général, Le groupe Alternative Vétrozaine tient à rectifier les propos de la présidente du Conseil général « d’un côté, deux groupes refusent le budget pour un montant de 500’000.- et de l’autre, ils acceptent un crédit d’engagement de 11 millions, c’est incohérent. »

Il est faux de dire que notre groupe a accepté ce crédit de 11 millions, car nous avons d’abord refusé l’entrée en matière, et ensuite notre groupe s’est abstenu sur ce crédit, vu le manque d’implication du Législatif et les lacunes dans les informations reçues de l’exécutif. Continuer la lecture de « Réponse au Nouvelliste du 21 décembre »

Baisse du coefficient d’impôt

Notre groupe s’est opposé à la baisse du coefficient d’impôt pour les raisons suivantes :

La commune procèdera à d’importants investissements ces prochaines années. Pour 2011 il est budgété une insuffisance de financement de Fr. 340’000.- qui correspond sensiblement à la perte d’entrées fiscales due à la réduction prévue du coefficient. L’exécutif prévoit de devoir recourir à l’emprunt pour pouvoir réaliser ces investissements. Pour mémoire, la dette par habitant au 31.12.2009 s’élève à Fr. 2’618.-. Continuer la lecture de « Baisse du coefficient d’impôt »

Travail du groupe

En tant que chef de groupe je ne peux que vous encourager à suivre les débats du conseil général. Nous n’avons pas la retransmission des séances à la télévision, mais c’est encore mieux : vous pouvez assister aux séances en personne dans le public. Vous pourrez ainsi vous rendre compte comment fonctionne le législatif et estimer si vos représentants font du bon travail. A défaut de pouvoir être présents, vous avez la possibilité de lire les procès-verbaux des séances sur le site internet de la commune.

Dès le début de la législature notre groupe, sollicité par les citoyens, est intervenu à différentes reprises par des questions à l’exécutif. Voici quelques-unes de nos demandes :

Zone 30/heure : ce dossier nous a beaucoup préoccupés et nous avons interpellé l’exécutif les :

14 mars : à la question est-ce que le Conseil communal prévoit de mettre d’autres rues à 30/heure, il nous a été répondu que celui-ci planchait sur la création de nouvelles zones, sans autres précision.

15 juin : à cette même question, il nous a été répondu que l’exécutif attendait le dépôt du dossier par l’agent de police.

7 juillet : lettre à l’agent de police, toujours pour connaître les intentions de l’exécutif à ce sujet. L’agent de police nous a répondu que toutes les zones résidentielles seraient mises à 30/heure. Cela prouve que, même si l’on n’obtient pas tout de suite satisfaction, il vaut la peine d’insister.

Réseau fibre optique Swisscom : à notre demande pour savoir si la commune serait bientôt équipée de réseau à grande capacité (fibre optique), l’exécutif nous a répondu que l’offre de Swisscom était trop chère et que les habitants pouvaient contacter Netcom SA. Nous avons encouragé, dans notre réponse, les Vétrozains qui nous avaient contactés de lancer une pétition, dans la définition de démocratie participative qui nous est chère. Ce qui a été fait. Vous pouvez demander des formulaires de signatures auprès de M. Philippe Sauthier.

N’hésitez pas à nous contacter pour faire part de vos demandes et préoccupations.

Olivier Cottagnoud, chef de groupe AV

Déchets et taxes communales, plus une obligation.

Une commission ad-hoc du conseil général a été mise sur pied pour faire un bilan des comptes à financement spéciaux (taxes communales) et proposer des pistes à l’exécutif afin de répondre, selon le mandat du bureau du CG, à l’autofinancement de chaque compte. J’ai eu le plaisir de présider cette commission qui, dans un délai très court, a réalisé, grâce à l’engagement de tous ses membres, un travail conséquent. La commission était arrivée à la conclusion que, malgré plusieurs possibilités d’économies proposées, une hausse des taxes paraissait inévitable. Ceci toujours dans l’optique d’un autofinancement obligatoire. Mais, lors de son exposé devant le Conseil général, le chef de l’inspectorat des finances de l’Etat du Valais, M. Christian Melly a affirmé que l’autofinancement de ces comptes n’était pas une obligation. Ces déclarations remettent bien sûr en question une hausse éventuelle des taxes communales.

Olivier Cottagnoud, président de la commission « comptes spéciaux »