Inondations à Vétroz – Fatalité ou négligence ?

Inondations à Vétroz par Max Fanelli
Inondations à Vétroz par Max Fanelli

Depuis le début de la législature précédente, la municipalité a préféré faire des cadeaux fiscaux plutôt que d’investir correctement dans les infrastructures liées à l’évacuation des eaux.

La loi exige des communes qu’elles établissent un Plan Général d’Évacuation des Eaux (PGEE), ce que la commune a fait en 2008 mais plusieurs recommandations n’ont pas été suivies.

En 2009 ce plan a été examiné par un bureau d’ingénieurs et il en ressort que la commune devrait investir 18 millions sur 30 ans, soit environ 600’000.- par an pour le développement et le renouvellement des diverses infrastructures (Lire le bilan PGEE).

extrait1

Cinq ans plus tard, durant l’été 2014, des intempéries provoquent inondations et coulées de boue qui nécessitent plus de 70 interventions de pompiers. Vétroz et les communes touchées mandatent de toute urgence un bureau d’ingénieurs pour établir un lien entre les zones sinistrées et le PGEE. (Lire le Vétrospective)

Octobre 2014, le chef du service technique de Vétroz informe que les actions définies par le PGEE n’ont été que partiellement suivies, que le montant annuel investit étant de l’ordre de la moitié de celui prévu. (Lire le PV)

PGEE_Extrait_3

Il apparaît également que le PGEE n’inclut pas de tableau récapitulatif des actions avec chiffrage et planification, ni même leur priorité.

PGEE_Extrait_4

Il y a nette insuffisance des montants affectés à l’exploitation et au maintien de la valeur du réseau communal et de la STEP.

Les taxes prélevées sont insuffisantes et elles ont même été réduites depuis la révision du règlement de 2011 et elles ne permettent de couvrir que 48% de ce qui est nécessaire.

PGEE_Extrait_5

D’ailleurs, parlant de STEP et du problème de surcharge en cas d’excès d’eau de pluie dans les système d’égouts, Michel Huser, vice président du Conseil municipal, déclare que les travaux urgents de réhabilitation de la décantation primaire de la STEP courent le risque d’être repoussés à 2016 pour éviter de surcharger le budget.

PGEE_Extrait_6

Alors c’est un problème de budget ?

Lors de la séance du Conseil général du 13 décembre 2010, M. Stéphane Germanier, président de la municipalité déclare que « Vétroz demeure la municipalité la moins chère du district » et propose de réduire le coefficient d’impôt de 1.2 à 1.15.

Le groupe PLR ira même jusqu’à défendre une baisse à 1.1, jugeant qu’une diminution de 350’000.- n’est pas énorme.

Seule l’Alternative Vétrozaine estime qu’une baisse de coefficient n’est pas nécessaire, les conditions étant déjà avantageuses pour les contribuables, que cette baisse profitera surtout aux revenus élevés et que cela générera un manque de 3’500’000.- après dix ans. Olivier Cottagnoud, alors conseiller général, prévoit même des “surprises avec les routes et les égouts”. L’opposition de l’AV est balayée. (Lire le PV)

PV_20101213_Extrait

Le résultat est que durant au moins 6 ans les investissements requis par le PGEE n’ont pas été réalisés pour plus de 50% tandis que la majorité PDC soutenue par le PLR se félicitait de faire des cadeaux fiscaux ou des réductions de taxe et continue de se vanter régulièrement de l’attractivité de la commune (Voir le débat).

Alors fatalité ou négligence ? Il est certain que même avec la meilleure volonté et les mesures adéquates, les accidents peuvent toujours se produire. Mais tant que la municipalité néglige le niveau des investissements dans ce domaine et ne revoit pas ses plans financiers à long terme, elle prend le risque de laisser s’insinuer le doute.

Dominique Kuster

PS: Je m’interroge et m’inquiète sur le fonctionnement d’un conseil municipal. Ces informations que j’ai découvertes récemment sont connues de tout le conseil depuis bien longtemps mais même au Conseil général on a pas entendu parler de ces problèmes. Ils n’ont pas non plus été évoqués lorsqu’on a voté le règlement sur les eaux usées.

PPS: Selon l’article 10 du règlement communal d’organisation adopté en 2015, le conseil municipal édicte un règlement interne concernant son organisation. Ce règlement n’existe toujours pas. On pourrait peut-être commencer par là.

PPS: Une petite pensée pour mes collègues du législatif, l’exécutif n’a jamais livré toutes les informations et fourni des plans financiers lacunaires avec lesquels il est bien sûr difficile de voter en connaissance de cause.