Présentation de nos interventions sur le règlement des déchets

Par soucis de transparence et d’informations, nous mettons à votre disposition nos interventions durant la séance plénière du dernier Conseil général.

Extrait des questions et amendements

De nombreuses questions restent encore ouvertes en vue de la deuxième lecture ?

Quel sera l’impact financier de cette taxe pour les différents ménages vétrozains ?

Une commune comme Sion l’a fait pour la taxation au sac.

Quelle sera la possibilité donnée aux habitants de vider leur déchet alimentaire, qui peut représenter jusqu’à 30% du poids d’un sac ?

Sur le même point, quel sera l’investissement pour satisfaire cette demande en installation et son impact sur la taxe de base. Le chiffre pour équiper les moloks de balances est connu, mais qu’en est-il de l’achat et l’entretien des futurs équipements pour les déchets alimentaires ?

Les propriétaires d’immeubles de plus de 8 appartements devront-ils financer l’équipement des containers pour les déchets verts ?

Le prélèvement d’une taxe qui doit autofinancer le traitement des déchets nécessite de la transparence quant à la répartition des différents coûts et profits, afin que tout à chacun puisse comprendre le mécanisme. L’accès à ces informations doit être garanti par un article dans le règlement.

Dans le même ordre d’idée, cacher les mesures sociales dans une directive, édictée par l’exécutif, sans base légale dans le règlement, ne va pas dans le sens de l’information du citoyen. Qui plus est, le Conseil municipal peut décider de ne rien faire, comme pour la 1ère lecture, sans que personne n’ait le moyen de l’y contraindre.

Enfin, l’idée de mettre en place un tarif différencié entre les ménages et les entreprises peut paraître attrayante, sauf que, dans certaine situation, il sera possible d’en tirer un petit avantage.

 

 

La famille Alternative

La famille Alternative

En 2018, nous passons à la taxe au poids.

Nous vous présentons une simulation pour une famille de 4 personnes, dont une encore en couche-culotte, effectuée sur la base des chiffres connus.

La famille trie déjà ses déchets comme le papier, l’alu, le fer, le verre, les capsules à café. Elle dépose dans un magasin les bouteilles PET et les emballages plastiques comme les bouteilles de lessive. Elle dispose d’un jardin avec un compost pour ses déchets alimentaires et apporte la tonte et la taille des arbustes à la déchetterie.

Voici, un tableau permettant de comparer la situation actuelle, avec la taxe au sac et au poids :

 

Si le petit dernier de la famille n’avait plus besoin des pampers, voici la situation :

C’est pour cette raison que nous insistons sur l’importance de mesures sociales en faveur des familles avec enfant en bas âge et les personnes souffrant d’incontinence.