Un sentiment unanime

Le sentiment d’une grande partie des citoyens vétrozains est que les choses ne peuvent plus continuer de cette manière dans le domaine de la construction. S’il est difficile pour certains de le traduire par des mots,  quelque chose dérange clairement dans la situation actuelle. « J’aimais mieux mon petit village d’avant », ai-je entendu dernièrement.

Bien sûr si les citoyens établis depuis plusieurs années ont eu le droit de bâtir leur villa, il n’y a aucune raison valable que leurs futurs voisins ne puissent pas le faire. Bien sûr la tendance actuelle, et justifiée à mon sens, est de densifier les constructions autour des axes de communication. Bien sûr les plans de zones existent et se doivent d’être respectés…

…mais là où le bât blesse, c’est le manque d’exigence et de contraintes du règlement de construction actuel. Ce document maître doit poser des limites strictes ne permettant ni  les débordements, ni les projets ne profitant qu’aux promoteurs. Un exemple : il est actuellement possible de construire un immeuble et n’y prévoir qu’une place de parc par appartement. Evidemment les abords des routes communales deviennent vite saturés par les véhicules surnuméraires, avec les inconvénients que cela comporte au niveau esthétisme et sécurité.

Profitant du fait qu’il est nécessaire de revoir le règlement des constructions rapidement car des données obsolètes y figurent, l’Alternative vétrozaine  demande à l’exécutif communal de réfléchir à des solutions globales pour donner un cadre plus strict aux constructions futures. Celui-ci devra tenir compte en outre des voies d’accès (je pense aux routes 30 km/h qui sont plébiscitées par les bordiers), et de la préservation du vieux village.

Personne ne veut de cité dortoir à Vétroz ; l’Alternative vétrozaine souhaite un urbanisme réfléchi et respectueux des citoyens établis dans la commune. La motion que j’ai déposée en ce sens, et qui a été cosignée par l’ensemble de mon groupe, se veut non partisane et sera, je l’espère, soutenue par tous les conseillers généraux.

…suite en séance plénière du 13 octobre !

Helen Minguely